90% des victimes de Daech sont des civils musulmans

Les musulmans sont les premières victimes du terrorisme djihadiste dans le monde. 90% des victimes de Daech sont des civils musulmans qui vivent en Irak, en Syrie ou en Turquie.

On l’oublie parfois mais les musulmans du monde entier payent un colossal tribut au terrorisme djihadiste. Des victimes des GIA algériens dans les années 90 – une guerre civile qui a fait quelques 100 000 morts – aux victimes de Daech en Syrie et en Irak, ou de Boko Haram au Nigeria, en passant par les victimes d’Al Qaida en Afghanistan et en Irak, les musulmans sont, de loin, les premières victimes du djihadisme.

L’écrasante majorité des victimes du terrorisme djihadiste sont musulmanes

De 2000 à 2015, sur les 167 221 victimes d’actes terroristes dans le monde, 98% (soit 163 532) se situaient en dehors de l’Europe et des Etats-Unis, selon la plus grande base de données sur le terrorisme, GTD (Global Terrorism Database), de l’université du Maryland. Et parmi toutes ces victimes, 75% vivaient dans l’un des 25 pays musulmans. Cela ne signifie pas que toutes ces victimes étaient musulmanes : elles étaient aussi chrétiennes, juives, yézidis ou appartenant encore à d’autres minorités religieuses. L’immense majorité d’entre elles, cependant, étaient musulmanes.

 

Ainsi qu’on le voit dans le graphique ci-dessous, toujours de 2001 à 2015 (et en incluant les attaques du 11 septembre sur le sol américain), les pays les plus touchés par le terrorisme sont l’Irak, l’Afghanistan, le Nigeria et le Pakistan, quatre pays musulmans.

 

En 2009, un rapport publié par le « Counter Terrorism Center« de l’université de West Point, aux Etats-Unis, confirmait ces données en indiquant que l’organisation terroriste Al Qaida avait tué 7 fois plus de musulmans que de non-musulmans.

En retirant la Syrie et l’Irak des pays musulmans frappés par le terrorisme djihadiste pour cause de guerre civile (et donc de la difficulté à attribuer aux seuls djihadistes de nombreux actes terroristes), l’animation ci-dessous, réalisée par Le Monde, confirme de façon assez explicite que les pays musulmans sont les plus touchés l’organisation terroriste Daech.

 

Les lieux de culte musulmans sont en outre régulièrement la cible d’attaques terroristes, comme à Kaboul le 15 juin 2017, ou carrément à Médine, 2ème ville sainte de l’islam, le 4 juillet 2016, ou encore, parmi tant d’autres, l’attentat-suicide perpétré en pleine prière du vendredi par un terroriste taliban, dans le village de Butmaïna, en septembre 2016.

Le Ramadan, mois sacré des musulmans, apogée de la terreur

Là encore, parmi beaucoup d’autres attentats, citons celui qui a fait près de 100 morts et plus de 400 blessés à Kaboul en juin 2017, perpétré au 5ème jour du mois de ramadan  :

Durant le ramadan 2016, 16 attentats, coûtant la vie à 515 personnes, ont été perpétrés dans des pays musulmans, dont la triple explosion de l’aéroport d’Ankara et, surtout, l’explosion d’un véhicule piégé en plein centre de Bagdad, faisant 250 victimes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *